Le Studio

Octopus portrait

Steph D

photo1

Au commencement, des études d’arts graphiques, j’ai ensuite bossé dans le dessin animé et la pub.
Pote avec Dimitri HK depuis la nuit des temps, j’ai assisté à ses balbutiements dans le tattoo (autodidacte, il a débuté en 1990). J’ai commencé à tatouer à ses cotés en 97. Ce fut le début d’une longue et enrichissante collaboration.
Durant toutes ces années, on a pas mal bourlingué. Nous avons tatoué aux quatre coins du globe et avons fait des tas de rencontres passionnantes.

Les plus marquantes, (professionnellement et humainement), Jee Sayalero (Human Fly, Madrid) & Safwan (Studio Imago, Montréal), qui en plus d’être de vrais amis, ont un véritable talent. Nous avons souvent eu l’occasion de tatouer ensemble (sur des conventions internationales et dans nos studios respectifs) et notre complémentarité nous a donné l’envie de concrétiser ensemble quelque chose. De tout cela a émané le « Full Cana Jikken » un livre qui nous rassemble tous.

Depuis Dimitri HK a créé sa propre maison d’édition (Around The Caps), et plein d’autres ouvrages (individuels et collectifs) ont vu le jour.

Avec ces expériences « bouquins », j’ai pu faire un voyage au cœur de mon passé de maquettiste (ah, l’odeur de l’encre d’imprimerie et le bruit des rotatives…).

Durant toutes ces années à tatouer, j’ai développé un goût immodéré pour la couleur et mon style de dessin, pour le moins cartoon et chamarré, s’est affirmé au travers de thèmes des plus classiques aux plus improbables.
Après 15 ans passés comme les doigts d’une seule main, je quitte, (non sans verser quelques larmes), le crew de Dimitri HK pour, aux cotés de ma chère et tendre épouse, donner le jour à Octopus…

Claire

photo3

Après quelques confortables années d’études aux beaux arts, il a fallu me rendre à l’évidence : je devais apprendre un métier. S’en est suivi une très longue période de tergiversations oisives…faire un choix impliquait des renoncements, or tout m’attirait…
Je me suis finalement tournée vers le maquillage ciné (effets spéciaux et tutti quanti…), intéressant, mais un peu superficiel.

Parallèlement à tout cela, le tattoo faisait déjà partie intégrante de mes préoccupations. J’ignore le nombre incalculable de fois où, a quinze ans à peine, je contraignis ma pauvre mère à m’emmener partout (mais vraiment partout…) où j’avais l’occasion de voir des tatoueurs. J’avais le vain espoir qu’elle m’autorise à me faire tatouer. Evidemment, j’ai dû attendre interminablement la venue de mes sacro-saints 18 ans, et hop, chez le tatoueur et on fait le dos (fallait bien rattraper toutes ces années de frustrations)…j’ai a-do-ré…et recommencé…

En passant quelques week-ends de mes tendres années à traîner les conventions, j’ai fait la connaissance d’un personnage qui allait bousculer tous mes projets. Passionné et passionnant Bruno (de Body Piercing International), parlait si bien de son métier et le faisait avec tant de conviction, que j’ai voulu lui emboîter le pas. Chose dite, chose faite, je lui ai collé aux basques, il a accepté de me former, et en 2000, voilà que j’ouvrais mon studio de piercing.
Plus tard, une autre rencontre impromptue allait chambouler mon existence. Je collectionnait déjà pas mal de tattoos et dévorais quelques quintaux de zines. Pas mal de ces papiers parlaient de Steph D. dont, décidément, j’aimais vraiment le boulot !

Alors un jour, je prends ma bagnole, et direction Saint Germain en Laye pour prendre rendez-vous, et ça, je l’ignorais, mais c’est la chose qui allait transformer toute mon humble existence…
Qui l’eut cru, ce garçon derrière le comptoir, allait, j’en étais sûre, devenir l’homme de ma vie… Eh oui, quelques années après, mariés, heureux parents, Steph me pousse au derrière : « mets toi au tattoo ». « Non ! », je répondais (…maudite trouille…). A l’usure, je me lance enfin, à la fois pétrifiée par la peur de me planter et excitée comme une môme. Je n’avais jamais osé imaginer tout cela possible…
Depuis, après 11 années de bons et loyaux services, je laisse derrière moi mon studio pour rejoindre le crew de Dimitri HK aux cotés de mon cher et tendre mari…

Puis, un imprévisible et heureux évènement s’ensuivit : la naissance d’Octopus…